4 mois à la Baja California, du nord au Sud… Tecate à La Paz (Mexique) 2019


Après quelques mois aux États-Unis, nous voici à la douane de Tecate, direction Mexique…

Quelle n’est pas notre surprise quand le douanier ne nous demande même pas nos passeports. Heuuuuu! Pas normal. On demande alors si on doit le lui montrer, on est comme ça nous, on montre notre passeport à la douane. Il nous répond : « Ah oui, vous pouvez vous stationner sur la rue derrière (pas du tout dans les douanes). Et revenir par la petite rue et rentrer là (pointe du doigt une porte), vous pourrez estamper votre passeport. »

N’oublions pas qu’en plus du passeport, nous avons, conformément à la loi, nos papiers d’immigration pour 6 mois (doivent aussi être vus et signés) et notre véhicule qui doit avoir un permis d’importation temporaire… Contente de savoir tout ce que nous avions besoin avant d’arriver à cette douane 😉 car avec ce cher monsieur, on passait sans rien faire et les chances de se faire arrêter par la suite (et là ils sont contents quand tu n’as pas ce que tu es supposé avoir) auraient pu nous coûter cher. Tout finit parfaitement, on rencontre un gentil monsieur derrière son comptoir (qui en passant vend du miel, de la sauce piquante et d’autre produits, on se sent un peu obligé de prendre quelque chose). Il nous signe le tout… On lui demande si après 6 mois on peut extentionner notre visa… Il nous répond : « Allez à n’importe quelle douane, pas de problème, mais pas ici car je vais vous reconnaitre, pouhahaha! Ces Mexicains, on les aime déjà.

Ayant fait beaucoup de «Harvest Hosts» aux États-Unis, j’avais remarqué qu’il y avait un vignoble qui offrait son stationnement pour le nuit (L.A. Cetto). On y passera finalement 2 nuits, ce qui nous permettra de visiter la région vinicole. On part avec une liste (disons à la Marie-Claude) contenant plus de 10 vignobles préalablement sélectionnés à faire dans la journée… Finalement, le premier fut tellement exceptionnel, que nous avions envie de garder ce délice en bouche et de simplement regarder de loin ou de pas trop près les autres vignobles… On finira l’après-midi dans une micro-brasserie.

Alors si vous n’avez le temps que de faire un vignoble dans votre journée, voici notre grand coup de cœur (d’accord on ne peut pas faire de grande comparaison), mais nous sommes tombés en amour avec ces vins… Trop chers pour notre budget mais parfait en dégustation.

Voici le lienChâteau Camou

Nos vins sont nés dans les belles et tranquilles montagnes connues comme la Cañada del Trigo, enfouies au cœur de la Valle de Guadalupe, la plus importante vallée vinicole du Mexique. Notre terroir présente des conditions climatiques et des sols idéaux, propices au développement des vignobles de Château Camou, issus de greffes de variétés nobles du Vieux Continent, sous le soleil de Basse-Californie. Au Château Camou, nous sommes passionnés par la qualité et prenons soin d’assurer le fruit à son maximum. Nous avons augmenté le nombre de plants à 6 000 par hectare, la disposition de la vigne sous la forme de la lyre, la maintenance exhaustive du vignoble et la récolte méticuleuse (cueillette grappe par grappe), méthodes et équipements de fermentation avancés. Tout cela est fait pour vous permettre de savourer un excellent vin mexicain.

Horaires: DÉGUSTATION DE VINS du lundi au samedi 10h00 à 18h00 Dimanche: de 11h00 à 16h00. En hiver, nous fermons 2 heures plus tôt.

Prix: Dégustation de 4 vins et visite du cava: 12 USD. Dégustation de vins premium en cava: 30 USD.

Nous avons eu une réduction car ils étaient arrivés en retard de plus de 30 minutes…

Ensanada

Après être passés rapidement à travers la ville, le temps de quelques achats et d’aller manger un ceviche sur la plage. Nous passerons quelques jours au sud d’Ensanada, dans un micro camping au bord de la lagune, où nous ferons la rencontre d’un couple de voyageurs avec qui nous aurons de bons moments. On relaxe et on prend le rythme de notre nouvelle destination…

Assez la farniente, on bouge vers le sud… Santa Maria

Agréable surprise en arrivant à la « Mision Santa Maria » (l’hotel où nous passerons la nuit dans le stationnement) et de découvrir une magnifique et immense plage remplie de dollars de sable… J’ai eu le droit dans garder une dizaine 😉

Ensuite, on reprend la route, la seule et unique route 1 qui traverse du nord au sud la Baja. La route nous fait découvrir une variété incroyable de cactus et de paysages magnifiques, en voici quelques images…

Sur la route, pas très large, qui serpente dans le magnifique désert de Sonora, on décide de s’arrêter quelques instants dans un endroit où, parait-il, il y a des peintures rupestres. En réalisant que l’on doit faire 30 minutes de trekking au beau milieu de nulle part, on décide plutôt de repartir. C’est alors qu’un bruit anormal, l’impression soit d’avoir une crevaison ou la transmission qui lâche. À chaque tour de roue, un bruit assourdissant. Sans aucune réception cellulaire… Merde, c’est vraiment pas le moment. Pas de panique… Je sors, et Richard se met à rouler lentement, et je découvre la coupable. Une roche exactement de la bonne grosseur s’est infiltré entre les deux roues arrières droites. Avec un marteau, il aura fallu 20 minutes à mon homme pour réussir à la casser en petites pièces. Plus de peur que de mal, on reprend la route avec plaisir.

Bahía de Los Ángeles

En direction est vers la Mer de Cortez pour se rendre jusqu’à la Bahía de Los Ángeles, où nous passerons 3 nuits, on découvre sur la route un cactus qui jusqu’à maintenant nous était inconnu. Il nous fait bien rire avec sa forme trop longue, et sa fleur sur le top, on dirait qu’il veut toucher le ciel.

La forêt de Boojum est une région du centre de la Basse-Californie, près de Catiavinia, connue pour sa flore endémique d’une apparence si bizarre et grotesque que cette région a été baptisée du nom de l’histoire du paysage imaginaire du mathématicien / logicien Lewis Carroll , La chasse au snark .
La région est caractérisée par une quasi-absence de précipitations. Contrairement aux deux côtes de la péninsule de Baja, les plantes exotiques telles que Fouquieria columnaris (Boojum) peuvent atteindre une hauteur de 15 mètres avec un diamètre de 18 pouces. De grands rochers granitiques arrondis placés similaires à ceux d’anciens sites religieux de druides apparaissent, de même que les cactus en colonnes tels que Ferocactus gracilis , un énorme charnu à sang rouge (la sève est très ferreuse ), Bursera microphylla , un énorme ocotillo endémique ( Fouquieria peninsularis ) avec les extrémités à fleurs rouge flamboyantes, et le plus grand cactus du monde, le colonnaire Cardon, Pachycereus pringlei . (Wikipédia)


La Bahía de Los Ángeles possède de très belles plages, et le kayak est un très bon moyen pour aller se promener sur l’eau. Malheureusement, l’endroit pour dormir nous revient un peu trop cher… Nous resterons moins longtemps que nous aurions voulu…

Laguna Ojo de Liebre

J’avais hâte d’y être (lu et entendu que du bien), j’adore les baleines, et ici impossible de ne pas en voir… Surtout en cette saison. Nous sommes au début de la saison de reproduction des baleines grises. Nous aurons le privilège d’être seul avec nos deux capitaines (père-fils), nous verrons une dizaines de mammifères avec leur petits. Magique… Un autre moment incroyable, un mâle (gigantesque) nous a offert le spectacle de faire un énorme saut (son ventre tout rouge, près à passer à l’action avec sa douce) et ensuite partir à toute vitesse… Même pas le temps d’une photo, mais un moment gravé à jamais dans nos cœurs. Très contente d’être venue en début de saison, j’aurais trouver difficile de voir des bateaux partout et en plus permettant aux touristes de toucher les baleines. Elles sont quand même ici, soit pour mettre bas ou pour procréer.

La lagune Ojo de Liebre (anciennement connue sous le nom de Scammon’s Lagoon, est un lagon côtier situé dans la municipalité de Mulegé, près de la ville de Guerrero Negro, dans le nord-ouest de la Basse-Californie du Sud. Il se situe approximativement à mi-chemin entre la pointe sud de la péninsule de Basse-Californie et la frontière américano-mexicaine, s’ouvrant sur l’océan Pacifique. La lagune se trouve dans la réserve de biosphère de Vizcaíno, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, et constitue un site de zones humides Ramsar.

C’est également le site de la plus grande usine de traitement du sel au monde.

C’est un habitat important pour la reproduction et l’hivernage de la baleine grise et du phoque commun, ainsi que d’autres mammifères marins, notamment le lion de mer de Californie, l’éléphant de mer du Nord et le rorqual bleu. Quatre espèces de tortues marines en voie de disparition s’y reproduisent. C’est un refuge important pour la sauvagine en hiver. Laguna Ojo de Liebre englobe à la fois un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO et une importante usine de sel, et incarne la diversité des mondes de l’habitat naturel et de l’industrialisation. Le tourisme, désormais étroitement contrôlé, était autrefois une menace pour les baleines grises. (Wikipédia)

San Ignacio

Un petit arrêt à San Ignacio, le temps d’un lunch sur la Plaza et une nuit sur le bord de la rivière…

Mulegé

On s’accroche les pieds à Mulegé pour quelques jours, on y retrouve nos amis Suisses, avec qui on fera encore quelques beaux et longs « happy hours » 😉 Ne pas manquer la Mision Santa Rosalia de Mulege qui se trouve du côté sud de la rivière en prenant le chemin sous le pont de la route 1 vers l’ouest. Allez derrière celle-ci et montez la petite passerelle, d’où vous aurez droit à une vue magnifique sur l’oasis, ça fait du bien un peu de vert…

Un moment incroyable s’est produit lors de notre séjour à Mulegé… Une éclipse lunaire, du jamais vu de cette qualité pour nous. WOW! Magnifique, spectaculaire. On passe plus d’une heure simplement à regarder la lune se faire recouvrir, on s’extasie à chaque instant. Je ne suis absolument pas équipée pour ce style de photo, j’ai donc de médiocres photos à vous partager, rien ne rend hommage à ce moment.

Loreto

On reprend la route encore vers le sud, direction Loreto… Drôle de ville… Tout commence avec notre lavage… Et oui, il faut parfois faire notre lavage. Ici, on le donne et ils le font pour nous. La dame nous demande de revenir dans 5 heures… Heuuu! 5 heures, on fait quoi durant tout ce temps… Je trouve donc sur le net, un restaurant sur le bord de la mer avec des critiques à tout casser, il y a pire pour passer la journée. La route pour se rendre au dit restaurant est atroce (ne jamais oublier que nous sommes en VR et non en 4×4). On finit de peine et de misère après 45 minutes à arriver sur place… Malheur, c’est fermé pour cause d’une fuite d’égouts… Le proprio, désolé, nous offre une bière à travers le grillage et s’excuse… On reprend la route de rêve (c’est de l’humour) et on retourne attendre notre lavage.

Ensuite vient le temps de trouver notre camping (j’ai les coordonnées géographiques), malgré tout on ne parvient pas à trouver l’endroit, les rues sont piétonnes, on se retrouve même en plein milieu de la Plaza Central, du beau n’importe quoi. Finalement, on demande de l’aide dans une boutique de cuir et Richard part à pied avec le gentil artisan à la recherche de ce mystérieux camping… YÉÉÉ! Finalement on le trouve, mais pour y accéder on doit rouler sur une rue piétonne (étrange), finalement on comprendra par la suite que la ville a fait beaucoup de changements dans les derniers mois et que rien n’a été fait pour aider à trouver cet endroit. Par contre un coup sur place, c’est super. Directement dans le centre, impossible d’être plus près 😉 On retrouve nos copains (les Suisses), avec qui nous prévoyons un tour de bateau qui finalement n’aura pas lieu à cause des vent extrêmes. Je vous le dis : drôle de moment pour nous.

On y restera quelques jours, une petite ville charmante où se côtoient beaucoup de Snowbirds canadiens du BC… J’ai parfois l’impression d’être dans une maison de retraite 😉

La Ventana

Dans quelques jours nous aurons une maison (et oui lonnnnngue histoire) car nous avons loué une maison pour deux mois à El Centenario, près de La Paz. Il nous reste 4 jours avant le début de cette location, on décide alors d’aller passer ce temps sur la plage de La Ventana. Un village du côté de la Mer de Cortez qui est très populaire auprès des kite-surfeurs. On se plaira à les regarder, il y a certains jours plus d’une centaine s’en donnent à cœur joie.

Nos aventures continueront dans un autre article… On arrive à La Paz…

Carte Baja California

Dans le contexte de livre de voyage en format maps... Avec tous les points réunis, que l'on peut avoir sous la main dans notre téléphone 😉 Avec le lien, une photo, notre avis et des infos pratiques. Voici celle de la Baja California, qui contient plus de 80 points…

C$5,00

Catégories :Amérique, MexiqueTags:, , , ,

1 commentaire

  1. Super intéressant et très belles photos. Merci

Répondre à Louise Annuler la réponse.

%d blogueurs aiment cette page :