On the road again… Tepic, Tequila et Guadalajara (Mexique) 2019


Après notre horrible traversée (La Paz – Mazatlan), on a juste envie de se trouver un endroit où dormir, ha oui dormir, ça et faire un petite épicerie, aucune autre envie…

Playa Las Lupitas

Je me mets donc à chercher un spot sur le bord de l’eau qui nous ferait oublier notre dernière nuit… Wow! Super contente de notre lieu… On respire la tranquillité. À notre arrivée, la barrière est fermée, mais rapidement Antonio (très sympa) vient nous ouvrir. La plage est magnifique. Nous sommes seuls dans un paradis…

On se fait déjà des plans pour le lendemain (kayak), pour se rendre de l’autre côté de la baie où on voit une belle plage sur une île. Tout à coup, à 50 mètres dans l’eau, on voit un homme nager traînant derrière lui comme une bouée. On se dit qu’il se pratique pour une course, on trouve qu’il est très bon nageur car il se déplace vraiment rapidement. Et là, on voit qu’il tire aussi une glacière (ÉTRANGE). C’est alors qu’arrivent plusieurs personnes en panique et qui réussissent à sortir le nageur lorsqu’il passe près d’une jetée de pierre juste avant la mer. On apprendra par la suite qu’il y a juste devant notre plage, un courant extrêmement dangereux et que l’homme était en train de se noyer… Il nous sera fortement déconseillé d’y faire du kayak.

Pour rajouter à ça, le lendemain matin, nous sommes envahis de moustiques (qui passent à travers le moustiquaire), nous raccourcirons donc notre séjour. Autre petite anecdote… La nuit tombée, Richard sort faire un tour pour regarder la lune et soudain devant lui, qui sort d’en dessous du VR, un serpent…! Pas très gros, mais trèèèèèès long, heureusement qu’il n’a pas mis le pied dessus. Go go go dans les terres 😉

Tepic

Étant la capitale du Nayarit, la ville est une belle cité provinciale animée, et habitée par la classe moyenne de la région. Nous y passerons quelques jours. La Plaza Principal, typique d’une plaza mexicaine, était très vivante le jour de notre venue (un samedi). La cathédrale est très jolie, on aime bien la peinture du fond représentant le ciel vue par les chrétiens. On y visitera aussi un musée.

Museo Regional de Nayarit

Ça faisait un moment que nous n’avions pas fait la visite d’un musée. Un beau petit musée comprenant une belle collection de sculptures post-classiques mésoaméricaines (850-1350 après J.-C. ) retrouvées dans la région de Tépic. Les informations générales sont aussi en anglais.

Site web: Museo Regional de Nayarit
Adresse: Av. México 91, Col. Tepic Centro, C.P. 63000, Tepic, Nayarit
Horaires: Du lundi au vendredi : 9h00 – 18h00
samedi et dimanche : 9h00 – 15h00

Prix d’entrée : Adultes : 50 pesos (3,50$ Can.)

Comme je l’ai dit dans un article précédent, nous sommes maintenant les heureux propriétaires de kayaks gonflables (Merci Liane et Réjean pour le transport Montréal-La Paz), je suis donc plus souvent à la recherche d’endroits où utiliser nos nouveaux joujous…

Laguna de Santa María del Oro

Très heureux d’arriver dans cette belle lagune de couleur turquoise. Tout juste arrivés au camping, on souffle nos kayaks et hop à l’eau. J’aime bien avoir un but, que ce soit quand nous marchons ou en kayak. Je propose d’aller par le lac depuis notre camping jusqu’à un restaurant, la distance me semble parfaite (pour nous « débutants » que nous sommes). Après environ une heure d’eau calme, un pur bonheur, on stationne nos kayaks et on va prendre notre repas. La vue de la terrasse est magnifique. Deux bières plus tard et un mauvais repas, on reprend nos embarcations pour le retour au camping… À ce moment, le vent se lève et on se retrouve à pagayer comme des fous et sans vraiment avancer (un cauchemar), je ne sens plus mon bras, Rafi (seul dans son kayak) n’en peut plus, on doit donc attacher son kayak derrière le nôtre. On se croirait dans une mauvaise comédie où seul sur un lac, on arrive à rien. Nous voir aller, j’aurais vraiment ri, mais là rien de drôle pour nous, le ridicule ne tue pas, mais physiquement on est claqué. On accoste sur le bord alors qu’il restait bien 100 mètres à faire mais vent de face. Rafi fait le reste à pied avec son kayak sur le dos. Rick et moi, on reprend les rames et on donne un dernier coup… Beaucoup trop heureux d’arriver à notre camping, par contre impossible le lendemain de refaire du kayak (on ne sent plus nos bras)… La morale de cette histoire, à certain moment (je dirais en fin d’après-midi), le vent se lève et si comme nous, vous êtes en sens inverse… Bonne chance 😉  Malgré tout, on en garde de très bons souvenirs, et comme Rafi a dit… « Ça nous fait encore une bonne histoire à raconter»

Tequila (la ville)

Nous sommes très heureux d’être complètement hors saison, la ville (le centre) est très jolie. À notre arrivée, le spot dodo que j’avais trouvé est inaccessible… Le VR ne passe pas. Un peu désespéré, on ne rentre pas dans aucun stationnement. Un gentil monsieur nous suggère d’aller tout près, directement sur la rue et en face de la distillerie « Sauza ». Le lieu est très bien éclairé (un peu trop) et très sécuritaire, il y a des gardiens (24/24) et des caméras partout. Évidemment, la nuit ne fut pas notre plus charmante, mais parfait pour une nuit ou deux et en plein centre de la ville.

Tequila est une ville et une municipalité de l’État de Jalisco au Mexique. Le nom Tequila provient du mot náhuatl Tekilan (lieu des travailleurs).
Connu pour la production du célèbre alcool du même nom, la ville est l’un des principaux lieux où elle est produite.
Située à même des reliefs très variés, Tequila ne contient que peu de terrains plats, et sa géographie est très irrégulière.
Le climat y est semi-aride, avec des hivers et printemps secs et tempérés. La température moyenne est de 23,2 °C, et les précipitations moyennes sont de 1 073,1 mm. La saison des pluies s’observe habituellement entre les mois de juin et octobre.
L’activité économique principale de la ville est la production de tequila. Depuis son commencement, la production d’alcool en ces lieux est reconnue à l’échelle internationale. Les principaux producteurs de tequila que l’on peut rencontrer dans la ville sont :
Tequila José Cuervo
Tequila Destiladora Rubio
Tequila Orendain
Tequila Sauza
Tequila Tequileño
Tequila Ópalo Azul
Tierra de Agaves
Tequilas Finos
Tequila Viuda de Martínez.
La ville peut également compter sur une importante production de bananes, mangues, prunes, mais également de meubles à base d’agave, de papier de fibre d’agave, etc. L’agave, plante à partir de laquelle est aussi élaborée la tequila, joue donc un rôle clé dans l’économie de la ville.

Wikipédia

Nous ferons les touristes, en prenant un des drinks le plus populaire ici, un mélange de Tequila (évidemment), jus d’orange, jus de lime et fresca, servi dans un verre en terre cuite (offert gratuitement) avec le tour enduit de sel épicé, très bon et rafraîchissant. 

La danse du volador

Directement sur la Plaza Principal. À ne pas manquer si vous êtes à Tequila (présentation toutes les 30 minutes). Incroyable de les voir se jeter en bas, tête première avec si peu de protection.   –   La danse du volador (Danza de los Voladores ou Palo Volador) est une cérémonie rituelle mexicaine d’origine mésoaméricaine. Le rituel se compose d’une danse et de l’escalade d’un poteau de 30 mètres à partir duquel quatre des cinq participants s’attachent les jambes (ou la taille) à des cordes avant de se lâcher dans le vide en tournant et en descendant progressivement vers le sol. Le cinquième reste au pied du mât, en dansant et en jouant de la flûte et du tambour. Selon un mythe, le rituel a été créé pour demander aux dieux de mettre fin à une grave sécheresse.

National Museum of Tequila

Je ne peux pas dire que nous avons été impressionnés par l’endroit, je dirais même que nous l’avons trouvé ennuyeux…  Mais pour le prix, c’est pas trop grave.

Site web: National Museum of Tequila
Adresse: Ramón Corona 34 Centro CP 46400, Tequila, Jalisco , Tequila, Jalisco
Horaires: Du Mardi au Dimanche : 10h00 – 17h00
Prix d’entrée : Adultes 15 pesos (1$ Can.)

Tequila Tres Mujeres

Nous voulions au moins visiter une distillerie, nous avons choisi celle-ci qui nous paraissait être à une échelle encore humaine. Le gentil garçon qui nous sert de guide (nous sommes seuls avec lui) parle un très bon anglais et nous donne beaucoup d’informations et beaucoup de petits verres de dégustation. La cave est magnifique, par contre on dirait que plus aucune production n’est fait ici. On repart avec une bouteille de notre tequila favori, le « Reposado ».  

Site web: Tres Mujeres
Adresse: KM 39 Carretera GDL-NOGALES, Amatitán Jalisco México.
Horaires: Tous les jours : 9h00 – 18h00
Prix d’entrée : Adultes 30 pesos (2$ Can.)

Tequila (la boisson)

Le (et non la) Tequila est une boisson alcoolisée fabriquée au Mexique et d’origine mexicaine, distillée à partir de jus fermentés obtenus des cœurs de plantes de l’agave bleu nommé « agave tequilana » cultivé dans la région de Tequila. Cette boisson alcoolisée obtient son nom du village de Tequila localisé dans l’état de Jalisco où la production a commencé il y a plus de 200 années. 
Il faut en moyenne une dizaine d’années de cultures de l’agave avant d’être mûres pour la récolte.
L’agave bleu (appelée Agave tequilana Weber) est d’une belle couleur bleue verte avec des feuilles épineuses aux pointes tranchantes et un grand cœur (appelé piña de par sa ressemblance avec le cœur de l’ananas). C’est à partir du cœur coupé, cuit une cinquantaine d’heures puis broyé que les jus sont extraits et distillés après fermentation. Il existe 300 sortes d’agaves mais seul l’agave bleu produit du Tequila. 

Wikipédia

Guadalajara

On nous avait dit à plusieurs reprises que l’on tomberait sous le charme de cette grande ville moderne… C’est vrai je l’avoue, on aime. Nous découvrons un Mexique qui nous est encore inconnu, un Mexique riche. Je n’ai jamais vraiment trouvé que le Mexique était un pays pauvre (si on compare à certain pays d’Asie), mais ici, dans cette ville, on y sent la haute classe. Les maisons sont magnifiques (le quartier près du Bosque Los Colomos) nous rappelle Wesmount à Montréal. Beaucoup de restos, dont plusieurs de réputation mondiale (le prix qui vient avec), des musées à rendre jaloux l’Europe ;P Une semaine vite passée…

Musée des Arts, Université de Guadalajara

Dommage pour nous, le musée lors de notre visite est en rénovation, nous avons donc seulement accès à la grandiose et magnifique fresque de Orozco qui illustrent un passage de Dante. L’une d’elles montre des créatures diaboliques conduisant les masses crédules sur le chemin de l’enfer. C’est, une illustration magistrale de la manière mordante avec laquelle le peintre a fustigé l’ordre social. La fresque vaut à elle seule le détour.

Templo Expiatorio del Santísimo Sacramento

La plus belle des églises que nous ayons visités depuis notre début de voyage au Mexique. Nous avons même eu le souvenir de notre visite de la Sagrada Familia (Espagne) en voyant les colonnes et les voutes, un chef-d’œuvre .

Le temple expiatoire de Santísimo Sacramento est un temple de style néo-gothique, il est considéré comme la plus grande œuvre de ce genre au Mexique. Sa construction a commencé le 15 août 1897 et s’est achevée 75 ans plus tard en 1972. L’idée de construire un temple dédié au Saint Sacrement Jésus Christ dans la ville de Guadalajara est née à la fin du XIXe siècle. Quand un groupe de paroissiens forma une commission chargée de construire le temple. Ainsi, l’archevêque de la ville de l’époque, Pedro Loza et Pardavé, organisèrent avec la commission un concours entre quelques architectes et ingénieurs pour sélectionner le projet dudit temple. 

Le projet retenu était celui de l’architecte Adamo Boari , un célèbre architecte italien amené par le président du Mexique de l’époque, Porfirio Díaz, qui devait par la suite travailler sur les projets du Palacio de Bellas Artes et du Palacio del Correo Mayor à Mexico

Wikipédia

Ex Convento del Carmen

Le bâtiment est la raison principale de la visite. L’exposition temporaire au deuxième n’était pas très fonctionnelle, par contre la sculpture extérieure nous a fait sourire 😉 

Adresse: Av Juárez 638, Centro, 44100 Guadalajara, Jal.
Horaires: Tous les jours : 10h00 – 20h00 Fermé le lundi
Prix d’entrée : Gratuit

Biblioteca Iberoamericana Octavio Paz

Je suis toujours très impressionnée par les vieilles bibliothèques. J’ai le sentiment de me retrouver dans un film. La particularité de celle-ci : il y a une superbe section pour enfants, si vous avez envie de vous y arrêter avec vos moussaillons, il y a aussi des jeux de sociétés de disponible.

Plaza de Armas

Impossible de ne pas venir à la Plaza, les bâtiments qui l’entoure sont grandioses et plusieurs valent que l’on y entre pour voir certaines fresques. La Catedral, une autre très belle église, mais qui ne peut pas rivaliser avec Templo Expiatorio del Santísimo Sacramento 😉  La Rotonda de los Hombres Ilustres s’étend du côté opposé de la cathédrale, près du palais municipal. C’est un petit parc avec des statues et des bustes des personnes qui ont servi leur ville avec grand mérite.

Mercado Libertad – San Juan de Dios

Sur trois étages, il est réputé être le plus grand marché municipal du pays, ce qui est facile à croire quand on voit les dimensions énormes de chacun de ses départements. Au niveau inférieur, il y a une halle gigantesque consacrée uniquement aux articles en cuir, alors qu’au premier étage, l’espace est occupé par de petits restaurants, où on mangera notre meilleur et notre plus gros Tortas, un à deux est AMPLEMENT suffisant. Ensuite, on se retrouve complètement perdu au troisième parmi des dizaines de « stands » de linge de toutes sortes… Un endroit comme je les aime, mais pour mon fils (hyper sensoriel), c’est pas facile, entre la foule, les odeurs et le bruit, il est loin d’être au paradis…


Inauguré le 30 décembre 1958.
Il y a beaucoup de négociations à faire sur place, vous pouvez trouver des articles originaux à un meilleur prix que dans des magasins prestigieux, mais il existe également de nombreux fournisseurs de produits contrefaits et de violation du droit d’auteur (piratage).
Il existe environ 3000 stands sur le marché, où sont vendus des vêtements, des lentilles, des chaussures, des films, des jeux vidéo, des instruments de musique à CD, des appareils électriques, des sucreries, de la charcuterie, des fruits et des légumes, des plats internationaux, etc. stands de nourriture typiques à Guadalajara, tels que les gâteaux noyés (qui est le plat le plus typique du Jalisco), tacos, pozole, menudo, etc.
Le marché se compose de trois niveaux .

Wikipédia

Hospice Cabañas

Définitivement un endroit à ne pas manquer à Guadalajara. Le bâtiment en lui-même est magnifique, mais les expositions toutes autant. La chapelle remplie de 53 fresques réalisées par Orozco. Des bancs permettent de se coucher pour mieux appréhender les fresques du plafond. Incroyable…

Si vous comprenez bien l’espagnol, attendez un peu et vous aurez sûrement comme nous la chance d’avoir un guide qui expliquera en profondeur l’immense fresque. L’Hospice a une plateforme symétrique divisé par la croix de sa grande chapelle. Le bâtiment est considéré comme l’une des plus importantes pièces néo-classique d’architecture au Mexique. 

Il a été construit en 1791 dans le but de servir aux plus démunis, aux invalides et aux orphelins. Sa conception et sa gestion des espaces ouverts et fermés est unique pour l’époque. Au xxe siècle, sa chapelle a été décorée de nombreuses peintures par José Clemente Orozco. À l’intérieur, il y a 23 cours de différentes tailles bordées de salles fraîches et de longs couloirs, couverts et définis par des arcs et des piliers à la Toscane. Au bas du bâtiment, il y a une deuxième chapelle, plus sobre que la première, elle a été nommée Tolsá en l’honneur de l’architecte espagnol. Elle a servi comme Réfectoire de l’Hospice. Toutes les caractéristiques mentionnées ont été essentielles pour la déclaration de l’Institut, en décembre 1997 par l’Unesco, comme Patrimoine Culturel Mondial.    

Wikipédia

Juste en face se trouve une Plaza… Sala de los Magos. Je fais toujours quelques recherches dans le  but de trouver des activités gratuites ou pas trop chères qui sortent un peu des classiques touristiques. Les journaux et Facebook sont bien utiles. Ici, on vient voir un performeur (venu d’Australie), très bon spectacle de clown et acrobaties.

On finit par une petite visite au El Bosque Los Colomos, où il y a un jardin japonais… Disons que c’est mignon, mais très petit (le jardin japonais). Le reste du parc n’est pas mal non plus, ça fait du bien de voir un peu de vert…

Je finis cet article avec du «street art» (un art que j’adore), je suis servie au Mexique..

Catégories :Amérique, En route...En VR, MexiqueTags:, , , ,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :