Le Guatemala et ses merveilles… Antigua, Rio Dulce, El Remate, Tikal… (2020)


Antigua

La montée pour quitter le lac Atitlan est aussi dangereuse que la descente, à la seule différence que c’est le moteur qui chauffe et non les freins… On prendra donc tout notre temps pour le faire…

Arrivés à destination (camping d’Antigua), on retrouve des amis suisses rencontrés il y a plus d’un an à la Baja California. Et finalement, tous nos amis du lac Atitlan se joindront à nous, on continue la vie de commune qui nous plait… Ha oui! On retrouvera aussi quelques amis que nous avons rencontrés à Oaxaca (qui ont fait le chemin à sens inverse) Mexique-Bélize-Guatemala… Nous en profiterons pour prendre plein d’infos.

La ville est magnifique, elle me fait penser à certaines villes mexicaines par son architecture, la facilité de s’y promener, et ses touristes 😉 On y restera deux semaines.

Caoba Farms, Antigua Guatemala

Une belle découverte, à deux pas du camping. On y retrouve une boutique avec des produits de qualité (légumes bio, fromage de chèvre, poulet bio, etc). Le samedi, il y a des tables de fermiers et/ou d’expats qui viennent vendre leurs produits, on y retrouve aussi un beau et bon resto, un must. Vous pouvez aussi visiter les serres.

Site web:Caoba

Horaires: du mardi au dimanche de 9:00 – 16:00

Adresse: 5A. Avenida Sur final#6, Antigua

Convento Santa Clara

J’adore prendre des photos d’architecture, ici j’ai été comblée…

Histoire du couvent de Santa Clara.

Le couvent de Santa Clara, à ses débuts, n’a commencé qu’avec cinq religieuses et un novice, un nombre qui a augmenté avec le temps. Les sœurs de l’Ordre des Clarisses habitent le couvent depuis le 14 janvier 1700 – date de sa fondation officielle.

Selon la description de divers chroniqueurs, le couvent avait un toit en tuiles qui s’est effondré après le tremblement de terre de 1717. Les dégâts étaient si graves que les religieuses ont dû quitter le complexe pendant les réparations.

Les travaux de reconstruction ont duré environ 26 ans, annulant complètement toutes traces de la construction d’origine.

Le couvent reconstruit a été inauguré et consacré le 11 août 1734, mais avec les tremblements de terre ultérieurs de 1773 et 1874, le couvent était complètement en ruines , comme on l’observe aujourd’hui.

Site web: Santa Clara

Horaires: Tous les jours de 9h00 – 17h00

Adresse: Antigua Guatemala, Sacatepéquez – 2 Avenida Sur y 6 Calle Oriente

Prix: Q40 (6.94$ Can.)

La Nueva Fábrica

Durant notre séjour se déroule dans le quartier de Santa Ana, tout près de notre camping, un vernissage de photo (40 ans de photo de la ville et de ses habitants). Le musée est magnifique, le quartier aussi, on y passe un très beau moment. Je vous invite fortement à venir y faire un tour…

Antiguo Colegio de la Compañía de Jesús

Encore une très belle construction et, en bonus, à l’intérieur se trouve des expositions (photos, pièces d’archéologies, peintures) et le tout gratuit, yééé!

Et voici quelques photos de la ville…

Les poignées de porte (un coup de cœur)

Cerro de La Cruz

On vient ici pour la vue 😉

Encore quelques photos et après je vous emmène à Rio Dulce…

Nous sommes inséparables, après plus d’un mois à se suivre 😉

Notre plan de départ était d’aller à Semuc Champey, mais avec notre gros VR ça devenait compliqué et dispendieux, on prend donc la décision (proposé par notre nouvel ami originaire d’Antigua) d’aller au Rio Dulce… Merci Luis pour l’info et les bons moments passés en ta compagnie.

Sur la route, on donne rendez-vous à des amis, qui viennent en sens inverse, rencontrés à Oaxaca (il y a deux mois). Le temps de partager un repas et de discuter dans un stationnement où l’on passera la nuit.

Rio Dulce

Arrivés au Rio, on apprécie le camping qui se trouve dans une marina. On retrouve encore les copains et on s’organise une belle journée sur le Rio (bateau privé) car nous sommes 10 personnes. Une journée parfaite, merci les amis.

Cascadas Calientes El Paraíso

Holala! Une cascade d’eau chaude (très chaude) juste pour nous. Bon timing, nous sommes seuls, le bonheur total. Petit bémol, les enfants qui quémandent au stationnement.

Notre campement se trouve dans une marina (Mar Marine Yacht Club). On prend donc le temps de souffler nos kayaks (ça faisait un certain temps) et on part profiter du coucher de soleil…

Flores et El Remate

On reprend la route en direction d’El Remate, sur la limite orientale du lac Petén Itzá. Wow! Un coup de cœur. Le restaurant Ernesto nous permet, à faible coût, de passer la nuit sur son terrain devant le lac… Trois palapas y sont à notre disposition. Et l’eau est à une température parfaite en plus d’être transparente, et je ne vous parle pas des incroyables couchers de soleil… On a plus du tout envie de bouger 😉

Flores

La vieille ville est située sur une île du lac Petén Itzá. Elle est reliée à la terre ferme par une chaussée de 500 m. Elle a été construite sur le site de la cité maya de Tayasal, dont il ne subsiste rien. Nous prenons un colectivo (bus publique) depuis El Remate pour se rendre et revenir (40 minutes environ). La ville est mignonne mais sans plus, je crois que j’avais beaucoup d’attente, ou il faisait tellement chaud que j’avais juste envie de retourner me baigner dans notre petit paradis… Finalement, on en fera le tour très rapidement.

Mon moment favori de la journée :

Au retour, notre chauffeur de colectivo prendra le chemin le plus étrange « ever ». On passe carrément dans un mercado, à travers les kiosques et étals dans une rue couverte et même un genre d’entrepôt, pour se retrouver dans un fouillis de véhicules et de vendeurs. Il y a du monde partout et chacun essaie de vendre quelques choses par les fenêtres, d’autres rentrent carrément dans la mini-fourgonnette, on est mort de rire, on se sent définitivement ailleurs 😉 Sentiment que « j’adore ».

Tikal

Nous n’en sommes pas à nos premières ruines mais, encore une fois, nous sommes subjugués. En plein milieu de la jungle, il est facile de s’y sentir comme dans « Les Mystérieuses Cités d’Or » (une émission de ma jeunesse que j’ai adorée). Nous dormons dans le camping en face de l’entrée du parc, donc facile d’arriver à 6h30 pour pouvoir profiter du site seul plus de 3 heures (les bus de touristes arrivent vers 9h30. Aucune photo ne rend justice au lieu, le son des oiseaux, des singes hurleurs, du vent dans les feuilles donne tout son sens à l’expérience…

Voici quelques informations importantes si vous dormez sur place avec votre « camping car ».

Il y a deux endroits où vous pouvez dormir (à 2 minutes de la porte d’entrée du site). ils sont un en face de l’autre…

Le premier « Tikal Campground », on doit obligatoirement acheter le billet à l’entrée du Parc National en même temps que le billet d’entrée pour le site archéologique. Car le site se trouve 17 kilomètres plus au nord. Donc, ils faut que vous preniez votre décision lors de l’achat de votre billet… Le lieu est très grand, chaque espace à son propre palapa, très joli, mais je ne suis pas certaine que les toilettes et/ou douches soient de très grand luxe (on a les nôtres 😉 ). Le coût est de 50Q par personne (10$ Can).

Le deuxième campement « Jaguar Inn », est dans le stationnement de l’hôtel-restaurant. Le coût est le même 50Q, mais vous payez directement sur place. Les avantages sont : toilettes/douches très propres. Électricité disponible de 17h à 20h… Si il n’y a plus de place (rare d’après moi), vous devez rebrousser chemin 17 kilomètres, aller et retour (34) pour payer l’autre camping…

Autre conseil, si vous arrivez après 16h, vous pouvez simplement acheter votre billet (pour le site archéologique) pour le jour suivant, car si vous arrivez trop tôt, ils peuvent demander de payer deux jours pour le parc… À 150Q par personne (30 $ Can.), on n’a pas pris de chances, nous sommes arrivés à 16h.

Tikal (ou Tik’al selon l’orthographe maya moderne) est l’un des plus grands sites archéologiques et centres urbains de la civilisation maya précolombienne. Elle est située dans la région archéologique du bassin du Petén dans ce qui constitue maintenant le nord du Guatemala. En 1979, il a été inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Tikal était la capitale d’un État conquérant qui fut l’un des royaumes les plus puissants des anciens Mayas. Bien que l’architecture monumentale du site remonte jusqu’au IVe siècle av. J.-C., Tikal n’atteignit son apogée qu’au cours de la période classique entre 200 et 900 de notre ère. À cette époque, la ville dominait politiquement, économiquement et militairement, une grande partie de la région maya, tout en interagissant avec d’autres régions de toute la Mésoamérique comme la grande métropole de Teotihuacan, dans la lointaine vallée de Mexico, et il est prouvé que Tikal fut conquise par Teotihuacan au IVe siècle de notre ère. Après la fin de la période classique tardive, aucun nouveau monument important n’a été construit à Tikal et les palais de l’élite ont été brûlés. Ces événements se sont déroulés parallèlement au déclin démographique progressif, culminant avec l’abandon du site à la fin du Xe siècle.

Tikal est l’une des mieux connues des grandes cités mayas des basses terres, grâce à la transcription d’une longue liste de rois, dont pour la plupart on a découvert les tombes, ainsi que leurs sculptures monumentales, leurs temples et leurs palais.

Les estimations de la population de Tikal varient de 10 000 à 90 000 habitants, avec l’hypothèse la plus probable se situant à l’extrémité supérieure de cette fourchette. En raison de la faible teneur en sel de l’alimentation maya, on estime que Tikal aurait dû importer 131 tonnes de sel chaque année, sur la base d’une estimation de la population fixée à 45 000.

(Wikipédia)

Yaxha

Des amis nous proposent d’aller voir ce site (sur la route direction Bélize). J’avais lu de bons commentaires mais les 11 kilomètres de mauvaise route m’avaient découragé. Nos amis nous confirment que la route n’est pas belle, mais faisable avec notre grosse Bertha… Alors, on s’y lance… Définitivement pas une belle route, mais tranquillement on arrive au Ecolodge El Sombrero où il est possible de dormir à faible coût dans le stationnement non loin de l’entrée.

Nous nous offrons un petit spécial (une chambre pour moi et Rick), il fait mille degrés, alors on profite de la douche de la chambre à PLUSIEURS reprises 😉

Une famille nous accompagne (de très bons amis depuis deux mois). La patronne de l’écolodge, nous propose de prendre une lancha (petite barque) pour se rendre au site, reconnu pour ses couchers de soleil sur le lac, on accepte et on part à la découverte.

Au delà des pyramides, les chemins remplis de mousse nous enchantent, j’ai l’impression d’être dans une forêt de trolls et de fées. Une des pyramides offre une vue magnifique pour le fameux coucher du soleil. Malheureusement, l’effet est un peu perdu quand on se retrouve collé les uns sur les autres (les touristes arrivent expressément pour ça)… On restera juste quelques minutes, car au final le soleil se couchera dans les nuages avant d’arriver à l’eau.

Le retour en lancha est parfait, j’adore être sur l’eau et la lumière est magnifique… D’ailleurs, vous remarquerez sur les photos que le quai est submergé… Plusieurs lacs du Guatemala ont tendance à changer de niveau sans avertissement. Parfois lors de tremblements de terre ou après des pluies torrentielles prolongées.

Le nom de Yaxha signifie «eau verte» en maya. Ce site de grande taille (le troisième du Guatemala après El Mirador et Tikal) compte plus de 500 structures, dont quarante stèles, treize autels, neuf temples-pyramide, deux terrains de jeu de balle et des Sacbeob (chemins surélevés blancs) qui relient les trois acropoles : centre, nord (appelée aussi Maler) et est. Le sommet du temple 216 offre la meilleure vue sur l’ensemble du site et le lac. La visite continue le long d’un sentier bien balisé, une sorte d’avenue bordée de petites pyramides parallèles, certaines restaurées, d’autres encore couvertes de leur couverture végétale, dans un souci de préservation de l’environnement forestier.

(Wikipédia)

On se revoit au Bélize 😉 Merci encore de nous suivre et comme toujours un petit « j’aime » ou un petit commentaire fait toujours plaisir 😉

Catégories :Amérique, GuatemalaTags:, , , , , , , , ,

2 commentaires

  1. Merci les amis pour ce partage. ça donne envie de repartir sur les routes et de vous y rejoindre. Bises à tous les 2. Wilfried de la petite compagnie.

Laisser un commentaire