Les Parcs Nationaux en images…


Je finis mes articles sur les États-Unis, en vous présentant, en ordre chronologique, les Parcs Nationaux américains que nous avons visités. Avec une petite capsule infos pour chacun des parcs. Mais, surtout plein de belles photos…

Carlsbad, Nouveau Mexique:

En traversant, au sud-est de l’état, le brûlant désert de Chihuahua émaillé de cactus et les montagnes ensorcelantes de Guadalupe, le Parc National des Cavernes de Carlsbad accueille les visiteurs dans ses entrailles. Près de 300 grottes en criblent le sous-sol que l’on explore avec émerveillement. On imagine ce qu’a pu ressentir son découvreur, le cow-boy Jim White en 1898… Un mélange d’excitation et d’effroi, les lieux étant le refuge de dizaines de milliers de chauves-souris ! Aujourd’hui, même si l’on s’y attend, le spectacle est spécialement exceptionnel : chaque après-midi, les chauves-souris sortent de leur refuge pour partir à la recherche de nourriture. So exciting ! Le site est d’ailleurs tellement unique qu’il a été inscrit en 1995 au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Références prise sur le site. U.S.A

Great Sand Dunes, Colorado:

Le parc national et réserve de Great Sand Dunes est un parc naturel situé dans le Colorado. Il protège un ensemble de dunes les plus hautes d’Amérique du Nord (210 mètres pour la plus haute). Et s’étendent sur près de 78 km². Un phénomène géologique.
  Ce champ de dunes reposant au pied d’une chaîne de montagnes est absolument stupéfiant et apparaît d’abord aux yeux des visiteurs comme une sorte de mirage…  phénomène géologique datant de la glaciation (il y a… 1,8 millions d’années !) qui a donné naissance à des dunes façonnées par le vent dont la morphologie évolue très régulièrement.

Suivez-nous sur Facebook

 Mesa Verde, Colorado:

Avec 4000 sites et 600 habitations troglodytesMesa Verde abrite la plus grande concentration de grottes et villages indiens datant des premiers siècles de l’ère chrétienne. Vers 550 après J.-C., les Basketmakers occupaient ces grottes et alcôves rocheuses. Plus tard, les Anasazis vinrent à Mesa Verde où ils construisirent en adobe puis en pierre des habitations en excavation. Patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

Le Canyon de Chelly, Arizona:

Le Canyon de Chelly est posé en plein cœur d’une réserve Navajo, dans l’Arizona. Bien qu’administré par le « National Park Service », ce site se trouve en territoire indien et est toujours habité par une communauté. Sacré aux yeux des indiens Navajo, ce parc contient un grand nombre de ruines indiennes retraçant 1500 ans de leur présence en ces lieux. Sabrant le sol en forme de Y, il se divise en deux canyons, le Canyon de Chelly et le Canyon del Muerto. Références prise sur le site. U.S.A

Monument Valley, Arizona:

Un hallucinant chapelet de monolithes, tables et buttes se dresse contre un ciel d’un bleu pur. Ce décor en trompe-l’œil, c’est la mythique Monument Valley. L’aube et le crépuscule donnent toute leur mesure à cette « plaine des colosses » dont la vue coupe le souffle. La lumière y orchestre une magnifique chorégraphie. L’aurore anime lentement les roches rose orangé avant d’offrir en apothéose un véritable incendie minéral. N’oubliez surtout pas de recharger vos appareils photos, ce serait dommage de rater cet embrasement !

Le Grand Canyon, Arizona:

Le Parc National du Grand Canyon est l’un des plus anciens des États-Unis, il a été créé en 1908.
Ce parc se situe au nord de l’Arizona et fait partie des incontournables d’un circuit dans l’Ouest américain. Ses roches creusées par le fleuve Colorado, dont les plus anciennes datent d’il y a 1,7 milliard d’années, se sont façonnées au fil du temps, pour aboutir à cette configuration du site et à ces paysages vertigineux absolument uniques.
Voilà un gigantesque musée géologique à ciel ouvert qui raconte presque la moitié de l’histoire de la terre. L’arrivée se fait traditionnellement par le chemin qui borde le canyon, puis le spectacle commence lorsque apparaissent les falaises et les gorges profondes et que se révèle toute l’immensité du lieu : des falaises de 1,6 km de profondeur et un canyon qui s’étend sur 446 km de long et 29 km de large. Le lieu surprend par son gigantisme, mais aussi par le calme qui y règne. Références prise sur le site. U.S.A

Suivez-nous sur Facebook

 Ce n’est pas un Parc National, mais ça vaut le détour…

Horseshoe Bend, Arizona:

Le Horseshoe Bend (« la courbe du fer à cheval ») est le nom d’un méandre du fleuve Colorado situé à 6 km au sud de la ville de Page en Arizona et correspondant à un ancien plateau érodé. Le méandre se trouve un peu en aval du barrage de Glen Canyon et du lac Powell. Un point de vue situé sur la Route 89 permet d’avoir une bonne vue d’ensemble du méandre.IMG_8671DSC08879

Bryce Canyon, Utah:

Au sud de l’état de l’Utah, ce site fascinant de 145 km² est organisé en arc-de-cercle. Flèches roses, crêtes pourpres se serrent les unes contre les autres à l’image d’une armée pétrifiée. C’est en tous cas ce que croyaient fermement les Indiens Païutes, habitants d’origine de Bryce Canyon, qui voyaient en ces formations rocheuses des personnes changées en pierre par des dieux en colère. Ils les appelaient des Hoodoos.
Ces étonnantes statues de grès sont en fait dues à l’apport d’une épaisse couche de sable par le vent, puis du long et irrégulier travail de l’érosion qui permet aujourd’hui d’admirer ces colonnes multicolores. Le nom du canyon lui vient de la famille Bryce, des colons Mormon originaires d’Écosse qui s’installèrent dans la vallée au XIXe siècle. Référence prise sur le site. U.S.A

 

Death Valley, Californie:

Death Valley National Park s’étend de part et d’autre de la frontière entre le Nevada et la Californie sur plus de 13.000 km². La taille gigantesque de ce territoire hostile, longtemps ignoré, ainsi que la rareté des pompes à essence et des étapes possibles en font un lieu mythique, très apprécié des amoureux du désert.
Pour faire corps avec le désert et en ramener des photos extraordinaires, il faut partir en excursion dans les « Badlands » de Artist’s Drive, vers le Golden Canyon et Zabriskie Point, trois sites aux couleurs féériques, mais aussi au Devil’s Golf Course, et admirer le paysage depuis le Dante’s View, perché à 1668 mètres d’altitude. Autre curiosité, Badwater est une cuvette blanche composée de cristaux de sel déposés par l’évaporation, située à 85 mètres au-dessous du niveau de la mer, ce qui en fait le point le plus bas d’Amérique du Nord.

IMG_8890IMG_8877

Yosemite, Californie

Seulement 1 % de la superficie du parc de Yosemite peut être visité ! Difficile à croire quand on sait l’immense succès de fréquentation dont peut s’enorgueillir ce parc si célèbre, au cœur de la Sierra Nevada. Sans doute est-il très couru parce qu’il propose quatre parcs en un seul. Ouvert toute l’année, chaque saison incarne un parc différent tant les activités sont innombrables.
Situé à 3h30 de route de San Francisco et à 6h de Los Angeles dans la Sierra Nevada, Yosemite National Park s’étend sur 3079 km². Il est le deuxième plus ancien parc de l’histoire américaine après Yellowstone et le troisième en dimensions de la Californie. L’UNESCO l’a d’ailleurs inscrit en 1984 .
Ce parc de haute montagne protège une vallée glaciaire encadrée de hautes falaises polies et de formation rocheuses exceptionnelles, ponctuées de lacs et de cascades. Ces dernières, telles les.Yosemite Falls qui se fracassent du haut de leurs 740 mètres de hauteur.
Autre prétexte à lever la tête : les séquoias géants. La plus grande concentration se trouve à une heure au sud de la vallée à Mariposa Grove. Une autre forêt, à Crane Flat, abrite des groupes de ce colosse. Le plus ancien est le séquoia Grizzly, âgé de 2700 ans ! 
Références prise sur le site. U.S.A

Joshua Tree, Yucca Valley, Californie:

Un horizon barré de montagnes violacées, une vallée hérissée de milliers de cactus et de yuccas gigantesques écrasés par la chaleur suffocante des déserts de Mojave et du Colorado, ainsi se découvre Joshua Tree National Park.  À perte de vue, s’étend la sauvage beauté du désert où vivaient les Indiens Cahuilla. Cette tribu connaissait bien les humwichawa, ces yuccas géants qui festonnent le désert puisqu’ils en utilisaient les larges feuilles pour fabriquer paniers et sandales et en consommaient bourgeons et racines.
 Au milieu du XIXe siècle, cette variété d’arbres fut rebaptisée « arbre de Josué » par des immigrants mormons qui crurent voir les bras du prophète Josué guidant les Hébreux jusqu’au pays de Canaan, leur Terre promise.
 

Merci de venir nous suivre sur Facebook

 

 

 

Catégories :Amérique, États-UnisTags:, , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :