Mais où est Telchac Puerto… Tout près du paradis… Mérida (Mexique)


Notre dernier mois au Mexique, dans l’état du Yucatan, nous conduit dans la petite municipalité de Telchac Puerto. À 1 heure de Mérida, à l’est de Progreso, face au golfe du Mexique.

J’avais trouvé sur Airbnb une maison, je dirais même plus un domaine… La plupart des maisons dans cette région sont habitées (saisonnier) par des expats américains ou canadiens. Évidement quelques demeures sont aussi occupées par de riches mexicains.

Le prix reste très intéressant, surtout à la location d’un mois. Il faut, par contre, impérativement avoir son véhicule car rien ne se fait à pied, sauf de magnifiques marches sur le bord de la mer 😉

Un couple d’amis et leur belle petite cocotte de 5 ans viendront profiter de ce lieu paradisiaque avec nous durant deux semaines. La maison est tellement parfaite, qu’il nous vient même à l’idée de l’acheter, un vrai coup de coeur, voyez par vous même…

Telchac Puerto

Telchac Puerto est une petite bourgade tranquille, avec un quai très occupé la fin de semaine par des familles mexicaines. On y trouve également des restaurants de fruits de mer et poissons, souvent frits (pas tous géniaux), bon j’avoue ne pas les avoir tous fait… On peut aussi trouver quelques petits « bodega », de quoi dépanner.

Voici donc en distance, du plus près au plus éloigné, quelques uns des endroits visités durant notre séjour d’un mois.

Ruinas Mayas de Xcambó

Un petit mais sympathique site archéologique juste à deux pas de chez nous. Mais pour moi, le plus intéressant fût la route pour s’y rendre, car nous passons juste à coté de la « Laguna Rosada » et des marais salants qui, contrairement aux « Las Coloradas », sont VRAIMENT roses, pas oranges… et en plus juste un peu plus loin, sur un mini sentier, on peut voir plein de flamants roses. Et tout ça gratuitement, (les ruines de Xcambo, par contre, coûte quand même cher pour la grandeur du site).DSC01363

Manglar de San Crisanto

Dans mes recherches d’activités à proximité, je trouve ce petit endroit. En arrivant dans le centre de San Crisanto par le sud n’ouvrez pas vos fenêtres, à l’entrée de la ville se trouvent des marais salants, qui ont une odeur qui marque longtemps, tu te souviens  Isabelle? 😉

Nous croisons un genre de centre d’informations, où l’on nous confirme qu’il est possible, pour quelques pesos, d’aller voir une cenote. Nous sommes tous enchantés, mais le plus drôle reste à venir… Pour se rendre à ce cenote, il faut prendre un bateau (il faut le dire vite) une barque, nous sommes sept dans une mini barque et l’eau est à deux centimètres de passer le rebord 😉 On comprend vite que nous sommes dans une activité remplie de mexicains en vacances sur le bord de la mer. On adore.

La cenote est très petite (loin d’être notre plus belle) avec une dizaine d’énormes poissons, comme s’ils avaient été mis là pour les touristes, mais juste de faire le trip en bateau, on se sent tellement ailleurs et c’est là que réside tout le plaisir. J’ai même eu un bref sentiment d’être retourné en Inde…

Voici le lien:  Manglar de San Crisanto

Prix d’entrée : environ 4$ par personne

Dzibilchaltún

Un très beau site, mais encore plus agréable que les ruines, c’est la cenote. Par une température accablante, nous y passerons pratiquement tout notre temps. Apportez votre masque de plongée, l’eau est limpide et de beaux nénuphars vous y accueille.

Dzibilchaltún

Ce site se distingue pour sa longue histoire, qui va du Préclassique moyen jusqu’au Postclassique. Sa durée peut s’expliquer, entre autres, par sa situation privilégiée à 17 kilomètres de la côte et à côté d’une région riche en terres fertiles. Dzibilchaltún était une cité étendue qui comptait une population de près de 20 000 habitants.

Le site de type concentrique occupe un territoire de seize kilomètres carrés. Les trois premiers kilomètres correspondent à la partie centrale et se caractérisent par l’abondance de constructions monumentales organisées typiquement en Place Centrale. Cet ensemble est considéré comme le plus important de la zone. Le reste du territoire est occupé par d’autres ensembles architectoniques de plus en plus dispersés. À l’extrémité, on trouve des édifices à plates-formes échelonnées, disposés autour de places et de petites pyramides sans voûte.

Un total de huit mille quatre cent structures a été enregistré.

Voici le lien:  Dzibilchatun

Adresse: Depuis Mérida, suivre la route 261 Mérida-Puerto Progreso sur huit kilomètres, puis prendre la bifurcation en direction de Chablekal et Conkal. La bifurcation qui mène à la zone archéologique se trouve en sortie de Dzibilchaltún.

Horaires: Du lundi au dimanche de 8h00 à 17h00

Prix d’entrée : 55 pesos

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mérida

La ville de Mérida mérite à elle seul de s’y arrêter quelques jours… De beaux musées, elle est agréable à la promenade, de belles boutiques, de bons restos, tout ce que l’on recherche d’une grande ville.

Gran museo del mundo maya de Mérida

Le musée est très joli et ludique mais malheureusement je le trouve très petit, seulement deux salles. N’oubliez pas une petite laine, on se les gèle. Nous prenons donc le temps de monter au troisième étage pour aller voir l’exposition temporaire et gratuite de plusieurs artistes, quelques unes des pièces étaient touchantes et magnifiques. Le bâtiment du musée vaut à lui seul le déplacement, on dirait un gros nid d’oiseau en métal.

Voici le lienMayan World Museum of Mérida

Adresse: Calle 60 Norte No. 299 E, Unidad Revolución Cordemex C.P 97110 Mérida, Yuc.

Horaires: Miércoles a Lunes | 8:00 hrs. a 17:00 hrs.

Prix d’entrée : General $ 150.00
Niños, adulto mayor, maestros y estudiantes $ 25.00

Cinemex

Dans tous les pays que nous visitons, on se doit d’aller au cinéma. J’adore voir la différence entre chaque pays. J’avoue qu’ici à Mérida, c’est celui qui m’a le plus impressionné… Le luxe total, chaise inclinable, couverture, menu avec serveur, petite lampe, la totale et tout cela pour seulement 5$ par personne, incroyable.

Paseo De Montejo

« The street », celle que vous n’aurez pas le choix de faire au moins une fois durant votre séjour. L’intérêt se trouve dans l’architecture magnifique de plusieurs bâtiments. Possible d’en visiter quelques uns qui se sont convertis en musée.

La plaza central et ses environs

Agréable à la marche, je vous donne mes quatre boutiques coup de coeur : Holà, Cometa, TEJON ROJO, B&G Atelier.

Parque Zoológico Animaya

Nous sommes avec un couple d’amis et leur petite fille de 5 ans, nous prenons donc une journée pour la cocotte. C’est à coup sûr un endroit génial (et gratuit) si vous êtes avec de jeunes enfants. Jets d’eau, parc avec jeux, safari dans un véhicule ouvert qui fait le tour du lieu et donne la possibilité de voir plusieurs animaux. Très agréable et propre.

Izamal

Ce qui frappe le plus quand nous arrivons dans cette ville, c’est sa couleur. Et oui, pratiquement tous les bâtiments sont jaunes, c’est magnifique. Avec ses ruelles pavées et ce jaune d’or partout, ce bourg pittoresque a vraiment du caractère. En plus nous avons l’impression d’être les seuls touristes. Est-ce parce que nous sommes en milieu de semaine? Peu importe, on en profite.

La ville possède plusieurs lieux touristiques, certains choisiront de faire le tour en calèche (je n’aime pas tellement la manière dont ils traitent leurs chevaux). Nous ferons donc tout à pied, et je vous confirme que ça se fait très bien.

Izamal est une petite ville de l’État du Yucatán au Mexique. Elle se situe à 72 km à l’est de Mérida.

Izamal a été peuplée pendant des milliers d’années sans interruption. Elle comptait en 2000 environ 15 000 habitants.

Elle est connue dans le Yucatán comme la « ville jaune » car la plupart des maisons de cette bourgade coloniale sont recouvertes d’une peinture de couleur ocre, identique à celle qui recouvre les murs du couvent Saint Antoine de Padoue, édifié face au zocalo. Elle est surnommée aussi « la ville aux collines », en référence à de probables ruines de pyramides. (Wikipédia)

Première visite et non la moindre, le Couvent San Antonio . Sa splendeur, sa grandeur, donne un sentiment de grande richesse. Le contraste du jaune et du ciel bleu est magnifique. Tout au fond, au deuxième se trouve un mini-musée (prix ridicule), le dit musée est consacré presque entièrement à la visite du pape Jean Paul II en 1993.

Après la conquête espagnole du Yucatán au xvie siècle, une ville coloniale espagnole a été fondée au sommet de l’ancienne cité Maya. Néanmoins, il a été jugé trop laborieux et coûteux de raser ces deux immenses ensembles et les Espagnols se contentèrent de placer une petite église chrétienne en haut de l’énorme pyramide et un important monastère franciscain sur l’acropole. Il fut dédié à Saint Antoine de Padoue. Achevé en 1561, l’atrium du monastère était le second en taille après celui du Vatican. De nombreuses pierres de la cité pré-colombienne furent réutilisées pour construire les églises espagnoles, le monastère, ainsi que les bâtiments environnants. Le pape Jean-Paul II vint en visite à Izamal en août 1993 où il tint une messe pour les Amérindiens à qui il offrit une statue de la Vierge avec une croix en argent.(Wikipédia)DSC01302

Ruines Kinich Kakmó

Plusieurs pyramides mayas sont encore présentent dans la ville, on opte pour deux dont la première est la plus imposante. Il fait très chaud, les deux hommes et la petite cocotte (fille de ma copine qui a à peine 5 ans) feront la montée. Ils nous confirment que la vue est magnifique et qu’il fait moins chaud tout en haut. Mais d’en bas aussi, elle est très belle 😉

C’est la pyramide maya la plus grande de la ville et aussi l’une des plus grandes du pays de par la taille de sa base, qui mesure 200 mètres de long sur 180 de large. Cette construction date du Ve siècle ap. J.-C. et est dédiée au dieu solaire Kinich Kakmó qui, selon les croyances, descendait chaque jour sous la forme d’un perroquet de feu recueillir les offrandes qu’on lui laissait. Le temple supérieur est situé à une hauteur de plus de 30 mètres, ce qui fait qu’on a une très belle vue panoramique sur la ville et la région environnante depuis le haut de la pyramide.

 

Un peu fatigué de notre journée, la deuxième pyramide de Itzamatul se fera très rapidement et seulement la petite (pas tuable 😉 ) et son papa (pas le choix de la suivre) feront un peu la montée.

Une belle journée bien remplie, la tête et la caméra pleines d’images…

Homun

À une petite heure de Mérida, le village de Homun est situé dans l’une des principales zones de cénotes. Vous en trouverez donc de différents types et différentes formes avec de l’eau claire et un éventail de couleurs. Il est possible d’en visiter plusieurs dans la journée. L’entrée varie de 25 à 35 pesos. N’oubliez pas votre maillot de bain, et aussi une serviette. Possible de faire la visite en Tuk-Tuk, mais nous avions notre voiture… Une belle journée en perspective !

Uxmal

Pour terminer mon article, je ferme la boucle de notre mois avec la plus belle visite de site maya que nous avons fait. Un vrai coup de coeur, les bâtiments, le lieu, le calme qui y règne, les oiseaux. À ne pas manquer… Un pur bonheur.

Uxmal est une antique cité maya de la période classique. Uxmal est située dans l’État mexicain du Yucatán, à 78 km au sud de Mérida, et à 15 km au sud-est de Muná.

Le nom d’Uxmal (prononcer « Ouchmal ») vient d’un mot maya yucatèque qui signifierait «Trois-fois-construites». Son essor, son apogée et son déclin couvrent une période assez brève aux ixe – xe siècles. Gouvernée par des dirigeants compétents et stimulée par une alliance de courte durée avec Chichen Itza, Uxmal a maintenu son apogée pendant quelque cent cinquante ans, d’environ 800 à 950 ap. J.-C.

L’architecture d’Uxmal est typique du style Puuc, caractérisé par des façades au niveau inférieur très dépouillé et au niveau supérieur plus travaillé.

Je vous invite à lire sur chacun des monuments présent sur le site. Wikipédia

Voici le lien: Uxmal

Adresse: Uxmal est située au sud-ouest de la péninsule du Yucatán, à exactement 82 km de la ville de Mérida et à 156 km de la ville de Campeche.

Horaires:  Tous les jours de 8h00 à 17h00.

Prix d’entrée : Le prix d’entrée par personne est de $65,00 MXN pour l’INAH (le gouvernement fédéral, qui gère le site archéologique et s’occupe de l’entretien), auxquels il faut ajouter une taxe de $142,00 MXN prélevée par l’Etat du Yucatán, qui gère les bâtiments de l’entrée (toilettes, cafétéria, boutiques, etc).DSC01430

Alors voici la fin de notre voyage dans cette région…

DSC01272DSC01282DSC01361

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

DSC01370DSC01374DSC01376DSC01378DSC01414DSC01417DSC01418DSC01424DSC01467DSC01474DSC01481DSC01512DSC01519

N’oubliez pas de faire un petit j’aime ou un partage, ce sont toujours les seuls moyens de voir si vous avez apprécié 😉  Merci !

Catégories :Amérique, MexiqueTags:, , , , , , , , , , , ,

2 commentaires

  1. Bonjour chers moustiquaires,
    Vos impressions et photos sur la région de Mérida donnent vraiment envie de visiter ce petit coin paradisiaque.
    Merci de nous faire découvrir ces endroits magnifiques.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :