L’Italie à son meilleur de Venise à Alberobello… 2014


10386897_10153547510270752_662371053870253871_oVenise

Nous continuons notre route vers la ville de l’amour… Venise.

Nous avons réussi à trouver un appartement directement dans la ville, un vrai charme ( Airbnb ). Après les heures d’affluence touristique, se promener dans les petites rues pour sentir et découvrir la vie de quartier, donne tout le charme à cette ville.

1278145_10153547510145752_5253189628869273403_o

Entrer une légendL’entrée de notre maison dans la Calle Dei Preti, à Venise. La rue des prêtres, parce qu’on reste directement derrière une église.e

1796006_10153547511500752_5788656468618103491_o

Au bout de notre allée…

Évidemment, qui dit Venise dit gondoles… Mais à 80 Euro (120$) la demi-heure, on laisse tomber, quand même c’est un peu exagéré. Par contre, nous avons pris le bateau autobus à quelques reprises, qui lui non plus n’est pas donné, mais très agréable après une journée de marche intense.10365595_10153547515200752_4429417997350095860_o

Stationnement pour résident seulement…

Nos sept jours nous offrent l’occasion de visiter les classiques comme le Palazzo Ducale, la Basilique Saint-Marc, le Teatro La Fenice et quelques musées dont l’incroyable musée de la Collection Peggy Guggenheim. Nous prenons aussi le temps de s’aventurer dans les minuscules petites rues, qui à chaque fois s’ouvrent sur une Piazza où les gens s’arrêtent le temps de boire un café, un Spritz, et regarder les enfants courir. En parlant du Spritz, pour moi, ce fût un coup de cœur total, je continuerai à en boire bien après ma visite à Venise 😉

Le Spritz

Le Spritz se compose de vin blanc pétillant (du Prosecco en général), auquel vient s’ajouter un alcool plus ou moins amer comme du Campari (Spritz bitter), très amer, (mon préféré) qui donne une couleur rouge vif à la boisson, ou de l’Aperol, plus sucré, qui donne une teinte plus orangée

Palazzo Ducale

Une visite très intéressante d’un lieu magnifique, Rafi profite qu’il n’y a personne sur la grande place pour faire de la trottinette. Si vous prévoyez séjourner quelques jours dans cette ville où il fait bon marcher, une trottinette peut être un moyen fort agréable de donner à l’enfant l’envie de vous suivre 😉 Pour nous, un 30$ très bien investi.

Un premier palais des Doges exista durant la République de Venise. Il fut détruit par un grand incendie en 976, qui détruisit également la première basilique Saint-Marc.

Le 28 décembre 1340, débute la construction de la Sala Nuova du Grand Conseil qui ne sera achevée qu’en 1366.

Après l’incendie de 1577, les autorités vénitiennes décidèrent d’ouvrir un concours pour l’exécution d’une représentation du Paradis.

Les doges de Venise y ont habité jusqu’en 1797. Ce palais fut pendant de nombreux siècles le siège de l’administration vénitienne. Les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire y étaient centralisés entre les mains du doge.

Jusqu’au xvie siècle, le palais abritait les prisons de Venise situées sous les toits. Elles sont appelées les plombs, car leur couverture était faite de plaques de plomb. En été, leur visite est d’ailleurs interdite à certaines heures de la journée car les visiteurs ne pourraient supporter la température qui y règne (plus de 50 °C). C’est dans cette prison que fut détenu Giacomo Casanova. Le 1er novembre 1756, il s’en évada avec l’aide de son voisin de cellule, un prêtre nommé Marino Baldi. Ce fut l’unique évasion qu’ait connu cette prison.

Puis une autre prison de 19 cellules fut construite à côté du palais (la prison des puits) appelée comme cela car elle était non plus sous les toits, mais au rez-de-chaussée et en sous-sol. Les conditions de détention n’y étaient pas meilleures car, si les prisonniers ne souffraient plus de la chaleur intense, ils étaient constamment dans l’humidité et le froid, voire dans l’eau lors des crues, avec tout ce que de telles conditions entraînent en termes d’hygiène. Cette nouvelle prison et le palais ne sont séparés que par le Rio della Paglia, le seul lien entre ces deux bâtiments étant le pont des Soupirs, un petit pont de pierre entièrement fermé que les prisonniers traversaient après leur jugement pour gagner leurs geôles.

Les prisons des plombs faisaient partie d’une aire cachée du palais dont personne ne connaissait l’existence. Toute une administration secrète y réglait les affaires politiques et judiciaires de la République. De nombreux hauts fonctionnaires y travaillaient et leurs activités se déroulaient souvent la nuit. On considère d’ailleurs que c’est là que le pouvoir s’exerçait réellement, qu’il s’agisse d’affaires d’espionnage, de fiscalité, de législation, de commerce ou de bonnes mœurs, tout était du ressort de ces fonctionnaires et de leur police secrète.

Pour éviter que les ambassadeurs et hauts dignitaires ne découvrent cette administration cachée, la République de Venise avait installé ses bureaux dans des demi-étages du palais. De l’extérieur, on ne distinguait que de grandes fenêtres fermées semblables à celles des grandes salles du palais, mais en fait un plancher avait été installé à mi-hauteur de ces fenêtres; abritant ainsi de nombreux bureaux, salles de conseils, salle de torture, cachots en toute confidentialité. (Wikipédia)

Adresse: San Marco,1 30124 Venise

Horaires: Du 1er avril au 31 octobre Dimanche – jeudi: 8.30 – 21.00 (Accès autorisé jusqu’à 20.30) Vendredi – samedi: 8.30 – 23.00 (Accès autorisé jusqu’à 22.30) Du 1 novembre au 31 mars 8.30 – 17.30 (Accès autorisé jusqu’à 16:30)

Prix d’entrée : Billet plein tarif: 20,00 euros

Billet tarif réduit: 13,00 euros Enfants de 6 à 14 ans; étudiants de 15 à 25 ans; visiteurs de plus de 65 ans

Site web:

  http://palazzoducale.visitmuve.it/fr/planifier-votre-visite/billets-musee/

10714344_10153547516160752_5710651601378523930_o

La cour centrale du Palais des Doges

1529716_10153547517380752_3219526291769223892_o

Fresque de la salle du conseil des Dix, au palais des Doges, on dirait bien qu’elle lui fera des GUILIGUILI  😉

10750248_10153547517560752_7885814691616337230_o

Cliché pris depuis le Pont des soupirs…

Anecdote

Quand nous sommes sur le pont que l’on voit au loin sur la photo précédente, c’est drôle d’entendre tous les gens raconter, chacun dans leurs langues, cette histoire du fameux Pont des Soupirs, que l’on voit sur la photo suivante. En gros, ils disent ceci : Le nom du « Pont des Soupirs » suggère le soupir exprimé par les prisonniers conduits devant les juges, lors de leur dernier regard porté sur Venise. C’était donc la dernière image de la liberté pour ceux qui allaient finir leurs jours en prison. Alors là, je vous demande d’utiliser votre imagination… Fermez les yeux et imaginez pleins de gens de langues différentes qui parlent tous en même temps et qui chacun leur tour imitent le bruit du soupir pour expliquer le nom du pont… C’est vraiment très rigolo.

10699976_10153547511210752_91951257872785838_o

Le Pont des Soupirs…

10712566_10153547516770752_4630556882666788887_o

Coupoles de la Cathédrale.

10386897_10153547510270752_662371053870253871_o

Le fameux Grand Canal depuis le Pont du Rialto.

1956728_10153547515310752_6679289510905758226_o

Le soleil qui tente de percer sur la Piazza San Marco…

Teatro La Fenice

Incroyable, le plus beau théâtre que j’ai vu, on ce sent comme dans un film de princesse.

En 1773 ou 1774, le théâtre San Benedetto du quartier de San Marco de Venise brûle et la noblesse de la ville décide de faire construire une nouvelle salle par l’architecte Gian Antonio Selva. Elle est inaugurée le avec un opéra et un ballet « I giuochi d’Agrigento » (Les jeux d’Agrigente) de Giovanni Paisiello.

Ce haut-lieu des cultures italiennes et européennes acquiert une grande renommée et présente des opéras, des pièces de théâtre, des ballets et des concerts de musique classique.

Le 13 décembre 1836, le théâtre est détruit par les flammes. Reconstruit à l’identique par les architectes Giambattista et Tommaso Meduna et décoré par Tranquillo Orsi, il rouvre ses portes au public le soir du 26 décembre 1837.

Après guerre, La Fenice occupe une place prépondérante dans l’opéra italien et accueille les œuvres modernes de Stravinsky, Britten, Prokofiev, etc.

Le 29 janvier 1996, alors que le théâtre est l’une des références mondiales de l’art lyrique, il est à nouveau détruit par un incendie criminel causé par deux électriciens d’une entreprise de maintenance, soupçonnés d’avoir mis le feu au théâtre pour éviter de payer des pénalités pour retard de travaux. Rapidement, la décision est prise de le reconstruire à l’identique avec son luxe d’origine : « com’era e dov’era » (« comme il était et où il était »). La reconstruction a commencé en 2001. Pendant les travaux, les spectacles ont été accueillis par le Teatro Malibran et le PalaFenice (chapiteau installé dans l’île du Tronchetto, à l’emplacement des parcs de stationnement de l’entrée de la ville). Après 2 ans de travaux et 60 millions d’euros issus de la ville de Venise, aidée par l’État italien, l’Unesco et d’importantes donations du monde entier, la Fenice renaît de ses cendres – pour la troisième fois. Le théâtre est inauguré le avec La Traviata de Giuseppe Verdi, mise en scène par Robert Carsen.(Wikipédia)

Collection Peggy Guggenheim

Et surtout, à ne pas manquer à Venise, le splendide musée de la Collection Peggy Guggenheim, où vous pourrez découvrir, entre autres, Dali, Picasso, Miro, Chagall, Max Ernst que mon fils a beaucoup aimé. Un musée qui permettra à vos petit cocos de voir les plus grands maitres dans un seul et même endroit. Magnifique collection.

La collection Peggy Guggenheim est un ensemble d’œuvres d’art accumulées au cours de sa vie par la collectionneuse et mécène Peggy Guggenheim (1898–1979).

Cette collection est exposée à Venise, dans le palais Venier dei Leoni situé au bord du Grand Canal, lieu où vécut Peggy Guggenheim durant les trente dernières années de sa vie. Peggy avait fait don de sa collection et de sa demeure à la fondation Solomon R. Guggenheim au milieu des années 1970. Le musée a été inauguré en 1980 après sa mort en 1979, et Peggy Guggenheim y est d’ailleurs enterrée. La Collection est gérée par un Comité exécutif présidé par David Gallagher, émanation du Comité consultatif dont la présidence est exercée depuis juin 2013 par la princesse Sibilla de Luxembourg.

Ce musée est ouvert au public et présente l’une des plus belles collections d’art moderne d’Europe. On peut notamment y admirer des œuvres surréalistes ou abstraites. Le musée présente en particulier une salle consacrée à Jackson Pollock dont Peggy Guggenheim fut le principal soutien financier. (Wikipédia)

Murano et Burano

On prend une journée pour aller visiter les deux îles pas trop loin de Venise:  Murano et Burano. La première donne son nom au légendaire verre de Murano qui est d’ailleurs le seul intérêt de l’île. Si vous désirez faire un achat faites attention, car plusieurs boutiques vendent du faux « fait en Chine ». Par contre Burano a beaucoup de charme, en plus nous y étions le jour du lavage de linges, je me suis donc régalée, coté photos 😉

Au revoir belle Venise… On se reverra dans un autre temps…

Bologne

Théâtre anatomique

On passe par Bologne, question de goûter à la vrai saucisse Bolognaise… et on visite une ancienne salle d’opération, le Teatro Anatomico. Pour l’histoire de l’anatomie, un théâtre anatomique est un édifice spécialisé où l’on procédait à des dissections anatomiques en public durant les Temps modernes et au début de l’Époque contemporaine en Occident. C’est fascinant de s’imaginer pleins de gens qui regardent le médecin en action.

La salle, appelée théâtre pour sa forme caractéristique d’amphithéâtre, a été conçue en 1637 et décoré de deux ordres de statues représentant douze médecins célèbres (Hippocrates, Galen, Fabrizio Bartoletti, Girolamo Sbaraglia, Marcello Malpighi, Carlo Fracassati, Mondino de Liuzzi, Bartolomeo da Varignana, Pietro Argelata Costanzo Varolio, Giulio Cesare Aranzio, Gaspare Tagliacozzi) et parmi les vingt meilleurs anatomistes du studio bolognais. La salle anatomique a été sérieusement endommagée par le bombardement qui, le 29 janvier 1944, a détruit cette aile du bâtiment et a été reconstruit immédiatement après la guerre en réutilisant les sculptures en bois originales, heureusement récupérées des ruines. (Wikipédia)

Deux photos qui ont un certain rapport…

C’est moi ou toutes les sculptures italiennes ont une connotation sexuelle ????

Spello

Ensuite Spello, une commune (ou communauté) italienne d’environ 8 700 habitants, située au pied du Mont Subasio, dans la province de Pérouse, dans la région Ombrie, en Italie centrale. Le village a obtenu le label des Plus Beaux Bourgs d’Italie. En fait, on s’est retrouvés dans ce petit village perdu… pour dormir dans une vieille maison, dont l’entrée est juste à gauche dans la photo ci-bas. Encore une des merveilles d’Airbnb. Nous étions arrivés à la tombée de la nuit et avions du marcher 200 mètres sous la pluie. Car les stationnements dans ces petits villages médiévaux sont plutôt rares. Mais quel plaisir, le lendemain matin, que de se mettre à la recherche d’un petit déjeuner et de finalement trouver un tout petit boulanger et une toute aussi petite fromagerie dans ces allées quasi millénaires.

Assisi

Tout près de Spello se trouve la petite ville d’Assisi . Assise est surtout célèbre pour son apogée médiévale et pour être le lieu de naissance et de mort de Francesco Bernardone, plus connu sous le nom de François d’Assise, un des plus grands saints de l’Église catholique romaine. Pour son patrimoine exceptionnel, la ville est classée sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Voyez par vous même la grandeur des lieux, une belle journée de promenade, définitivement on ne se lasse pas des magnifique villages italiens.

10700403_10153573839245752_9105436014731041622_o(1)

Un petit matin près d’Assisi…

10532326_10153573841220752_5764986571594946348_o

Assisi vers midi…

10431238_10153573841820752_1508211715562716599_o

Rocca Maggiore, depuis plus de 800 ans, surplombant la Valle del Tescio.

Alberobello

Une ville atypique d’Italie, toute en pierre et toute en forme de champignons. On a l’impression d’être dans le village des Schtroumpfs. On se rend compte rapidement que c’est très petit, après une heure de marche , on avait fait le tour de la ville… Très sympathique comme endroit. Nous étions supposé avoir un petit Trullo (le nom qu’ils donnent aux maisons champignons, on dit « un trullo » et « des trulli ») pour nos deux nuits, mais finalement on ne sait pas trop pourquoi, on a eu le Trullo de luxe (sans frais sup.), avec trois chambres, un immense salon, une cuisine et une salle à manger. La totale, on y serait bien resté plus longtemps…

Alberobello possède la particularité d’avoir des maisons faites de pierres sèches (sans mortier) et au toit en forme de cône couvert de lauses calcaires, notamment celles extraites lors du creusement de la citerne afférente à chaque nouveau trullo. Elles ont pour nom trulli (au singulier trullo) en italien mais casedde (au singulier casedda) en dialecte local.

On en compte environ 1 500 dans les quartiers Monti et Aia Piccola, tous deux classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Elles font la renommée de ce centre urbain unique au monde. Le quartier Monti (« des Monts ») est le plus touristique de la ville. Les nombreux trulli bordant ses ruelles pentues sont pour la plupart convertis en boutiques de souvenirs et de produits artisanaux. Quant au quartier Aia Piccola (« la petite aire »), il sert encore de quartier d’habitation et échappe à l’activité commerciale liée au tourisme de masse. (Wikipédia)

10472816_10153573823675752_2004596438697901077_o

Village de « trulli »

1273286_10153573821520752_6078339772082148855_o

Un throll orangé…

10452812_10153573823135752_8376977641179833663_o

Ils ont des maisons pointues et des arbres carrés. Pour faire différent…?

10688106_10153573820535752_1125847602876920459_o

L’entrée de notre trullo de luxe, à gauche.

L’intérieur de notre « Trullo »

Voici donc mon deuxième article… Je vous reviens dans le prochain avec MA ville coup de coeur d’Italie…À très bientôt

Italie incluant la Sicile

Dans le contexte de livre de voyage en format maps... Avec tous les points réunis, que l'on peut avoir sous la main dans notre téléphone 😉 Avec le lien, une photo, notre avis et des infos pratiques. Voici celle de la l'Italie incluant la Sicile, qui contient plus de 100 points…

C$7,00

Catégories :Europe, ItalieTags:, , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :