La beauté de l’Italie, ça continue…


Nous sommes tranquillement en train de nous promener dans les petites routes tortueuses du sud-est de l’Italie (dans l’arche de la botte). Notre direction: Matera… Je sais avant d’y arriver que c’est une très vieille ville, mais rien ne me prépare à la vue exceptionnelle en tournant le coin d’une rue… je suis bouche bée.10750171_10153573827450752_7502917264535773305_oLa ville d’origine appelée Sassi « les cailloux ».

Encore une fois avec Airbnb, nous nous sommes trouvés une maison-caverne, car à Matera plusieurs maisons sont creusées à même la roche. C’est très joli, mais quand même un peu frisquet à cause de l’humidité. Nos hôtes sont exceptionnels, ils nous proposent même une journée de visites complète dans les alentours. Le papa s’y connait beaucoup et partage avec passion sa magnifique région. Pour bien capter l’étrange magnétisme qui se dégage de Matera, il faut s’y perdre, en faire le tour, arpenter les rues et monter beaucoup de marches 😉

Capsule Info Matera:

Ville troglodytique italienne classée au Patrimoine mondial de l’Unesco, Matera est l’un des plus anciens sites préhistoriques d’Europe. Il y a un demi-siècle, on y vivait encore dans des conditions de pauvreté extrême. Aujourd’hui, Matera attire les touristes du monde entier.

Matera est peut-être l’unique site d’Europe à avoir été peuplé et habité sans discontinuer depuis le paléolithique. Pendant des milliers d’années, des hommes ont vécu là, d’abord dans des grottes, puis dans des maisons creusées dans le rocher sur plusieurs niveaux. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les paysans de Matera continuaient à vivre aux côtés de leurs bêtes, lits à proximité de l’étable, pendant que l’eau de pluie était récupérée dans des bassins creusés sur les toits. Des conditions d’hygiène et de pauvreté dénoncées en 1945 par l’écrivain Carlo Levi, qui poussèrent en 1952 le gouvernement italien à ordonner l’évacuation des 15 000 habitants de Matera et leur relogement immédiat dans des HLM neufs.
Plusieurs films ont été tournés ici à Matera, deux très important, celui de Pier Paolo Pasolini (en 1964) et Mel Gibson (en 2004). L’Évangile selon Saint-Matthieu pour l’un et La Passion du Christ pour l’autre.1523404_10153573828120752_731772497093622821_o10608773_10153573828935752_5323667566326869888_o

Suivez-nous sur Facebook

10661783_10153573829565752_5173736828231988459_o10733734_10153573830030752_1932040662656542_o10608307_10153573831940752_7667594572900830984_o
Au bout de cette passerelle, des Polonais se préparaient pour y faire du « jumping ».1495191_10153573833795752_7484807125753558590_o
Parce qu’une porte en dit long…1540452_10153573834400752_7806677081672240541_o
 Suivez-nous sur Facebook

Nous visitons la Crypte du Péché Originel:

À quelques kilomètres de Matera , le long de la Via Appia Antica , dans l’un des ravins qui traversent le plateau de la Murgia. Dans un rocher creux surplombant la falaise de calcaire, de la main habile du « Peintre des Fleurs de Matera », nom donné à l’artiste inconnu, des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament sont racontés dans un cycle de fresques datant du IXe siècle. Impressionnant.

Nos trois jours dans cette ville d’une autre époque, furent pour moi un coup de cœur, le sentiment d’être si peu dans ces milliers d’années de l’existence humaine.

Nous reprenons la route, en direction de la côte Amalfitaine.

Pour nous, Amalfi fût l’endroit parfait pour une semaine de repos, en disant repos, je veux dire pas trop de visites et profiter pleinement de notre appartement Airbnb, ayant la plus belle vue possible… Voyez par vous même 😉10733546_10153602199085752_2374372015924872135_o10841858_10153602198430752_274026285935001011_oPraiano, notre village pour 6 jours. 150 marches et 1km pour rejoindre l’auto. Ça nous tient en forme quand on va faire l’épicerie 😉

Alors, notre semaine se constitue de randonnées bien escarpées, car tout est en pente. De bonnes bouffes sur notre terrasse et beaucoup de farniente. La voici en images.10626254_10153602191245752_2871379679153577300_oLa côte Amalfitaine, nous voyons ici Positano.1540466_10153602191585752_8406269703963777416_oTous les jours, nous avons le chance de voir des ciels magnifiques.10845772_10153602192745752_3793204837225576125_o10355709_10153602193740752_6795658180557683065_oWouaaaaahhhh!10257986_10153602195515752_823009960712759647_o10478304_10153602196335752_3481758574415575066_oDans Amalfi, la Cattedrale Sant’Andrea.10548039_10153602199265752_5725961453854147266_oOn était d’ailleurs pas le seul couple à contempler cette beauté…

Nous nous dirigeons vers Napoli, seulement pour une journée car nous prenons l’avion, direction la Sicile pour notre dernier mois en Italie. Aillant que très peu de temps à Napoli. Nous prenons la journée pour visiter la ville et surtout faire les souterrains (Galeria Borbonica)… Impressionnant, plus de 20000 personnes y vivaient lors de la guerre avec seulement 15 toilettes… On peut facilement s’imaginer l’odeur… D’ailleurs les survivants n’ont jamais voulu redescendre, car les souvenirs étaient trop douloureux et tout le monde se souvenait avec horreur de l’odeur…

 Galleria Borbonica:

Long d’environ 430 mètres, le Tunnel Borbonico, ou Galleria Borbonica, est une galerie creusée au 19ème siècle par les Bourbons régnant alors sur le royaume de Naples.

Origine du tunnel des Bourbons

En 1853, le roi Ferdinand II de Bourbon demande la construction d’une galerie pour relier d’Ouest en Est, sous la colline de Pizzofalcone, la piazza del Plebiscito à la piazza Vittoria. Intégré au périmètre des travaux publics, le projet a pourtant une vocation militaire : en cas d’émeute ou d’invasion, il doit permettre au roi et à sa famille de fuir depuis leur résidence du Palazzo Reale vers le quartier de Chiaia où sont situés des casernes militaires ; inversement, elle rend possible l’acheminement des troupes en toute discrétion vers le centre de la ville. Bien que modifié, le projet n’aboutira pas et ne débouchera jamais à l’Est : interrompu une première fois en 1855, il ne se remettra pas de la mort du roi en 1859 et de l’histoire mouvementée de l’Italie du Risorgimento. Comme la plupart des souterrains de Naples, le Tunnel Borbonico et les cavités avoisinantes furent réutilisés à diverses occasions. Pendant la seconde guerre mondiale, ils se transformèrent utilement en refuge anti-aérien et furent alors équipés de certaines commodités et de nouveaux accès. Puis, au sortir de la guerre et jusqu’en 1970, la ville de Naples y entreposa les objets trouvés dans les décombres issus des bombardements. Finalement, ce n’est que dans les années 2000 que l’on se réintéressa à la galerie pour elle-même, jusqu’à son ouverture au public en 2010.

Il était interdit de prendre des photos… Dommage. Alors voici trois photos prisent sur leur site…

il-tunnel-borbonico-1fotohome67002_MIN1382

Suivez-nous sur Facebook

Je vous reviens très bientôt avec la Sicile…

Catégories :Europe, Italie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :